Fiches métiers : Il était une fois mon job – Barman

Fiches métiers : Il était une fois mon job – Barman

Bonjour à toutes et à tous. Par cet article, je vais vous présenter un nouvel axe de discussion sur notre blog, à savoir les fiches métiers, dans l’optique de discuter un peu de nos différentes activités et expériences. Cette rubrique va commencer par le métier de barman, que j’ai effectué en 2014 à Londres dans un Pub Wetherspoon, The Gate Clock.

Image du London Eye à Londres
London Eye

Barman, un idéal pour certains, une corvée pour d’autres

Qu’est-ce que le métier de barman ? De nombreuses personnes rêvent de se retrouver derrière un bar, effectuant des figures techniques avec un shaker tout en draguant l’ensemble de la population du bar … Cet inconscient est-il une réalité ?

Pour d’autres, habitués des bars, le barman n’est que la personne qui prépare les nombreux verres de leur soirée, et si les préparer signifie ne pas les boire, à quoi bon se donner la peine ? 😉

 

Pourquoi barman ?

 

Adepte des soirées à partir du lycée, j’ai vite développé une lassitude du traditionnel Vodka Orange classique réalisé par flemme et par manque de moyens. L’idée de multiplier les possibilités en commençant par mon cocktail de cœur, le Tequila Sunrise, est vite devenue une priorité. De cette habitude à confectionner avec ce que j’avais sous la main des breuvages divers et variés, plus ou moins réussis ( 😀 ), j’ai ressenti l’envie d’effectuer cette activité à plus grande échelle.

J’ai ainsi commencé à rester au bar lors de diverses soirées avec du monde, histoire d’essayer d’adapter les boissons avec les goûts des personnes et les possibilités apportées par les ingrédients à disposition.

Lorsque j’ai décidé de partir vivre à Londres, j’ai poussé le concept plus loin et ai cherché un emploi dans un pub, que j’ai finalement trouvé chez Wetherspoon, au Gate Clock bar à Greenwich.

 

1/ Les premières impressions du métier

 

J’ai fini avec la partie formelle d’explication contextuelle 😉 Passons aux aspects pratiques !

Servir le premier client

 

Arriver dans un bar, à l’étranger, dans une autre langue, sans réelle expérience de service, c’est hardcore au début !

  1. La première étape, c’est de comprendre la commande. Et ce n’est pas la chose la plus aisée. Surtout dans un pub. Avec des irlandais, qui ont un accent … bref.  😆
  2. Une fois celle-ci comprise et analysée, il faut parvenir à la rentrer dans la caisse. La caisse électronique était infernale ! Imaginez des dizaines de possibilités – il faut savoir que la carte boissons comme nourriture est extrêmement variée. Le pire ? Certains articles de la carte n’avaient pas le même nom sur la caisse !
  3. Une fois les clients facturés, il reste encore à les servir … Facile me direz-vous, sauf que servir une bière, c’est loin d’être simple ! Avec quinze bières en service, je vous laisse imaginer … Pareil, même si vous êtes habitués à servir certains cocktails, la politique maison peut réclamer des façons de faire spécifiques. Et c’est là qu’il faut encore apprendre des détails.
  4. Sad Story Bro
    Besoin d’un câlin ?

 

Bref, vous l’aurez compris, rien que servir son premier client demande de nombreuses connaissances !

 

S’intégrer à l’équipe

Et oui, comme dans chaque poste, il est mieux de s’intégrer à l’équipe ! Dans un bar, c’est d’autant plus vrai, car les barmans sont en règle générale solidaires entre eux. Si un client est trop insistant, du soutien est toujours le bienvenu !

Comment s’intégrer ? Le problème est que la culture est différente, les milieux sociaux peuvent l’être, l’âge également. Je n’avais que 19 ans, il valait mieux être énergique pour se faire apprécier ! Surtout que dès le début, on est le relou qu’il faut former et qui pose 10.000 questions à la minute. Et ne comprend pas tout à la langue. Tant qu’à faire ! 😀

J’ai eu la chance d’avoir une équipe sensationnelle dont les membres m’ont aidé et soutenu, et avec qui on a pu bien rigoler. Les réunions de fin de service étaient exceptionnelles, même s’il fallait pour cela passer l’étape de nettoyage complet du bar pour le lendemain ..

 

2/ L’habitude arrive, les gestes se font plus précis

 

Les contraintes de la formation acquise

L’avantage quand on débute, c’est que les managers sont plus enclins à laisser passer des erreurs. Les bières flat renvoyées, les erreurs de commandes passent relativement bien tant qu’elles ne sont pas en excès. En revanche, dès qu’ils considèrent que vous êtes à l’aise dans votre travail, l’erreur devient moins bien supportée.

Même si avec l’habitude, la mémorisation de la carte est parfaite et les cocktails connus par cœur, les erreurs arrivent toujours. En tant que barman, on sert sur un shift d’une dizaines d’heures des dizaines et des dizaines de clients. Et dans mon cas, c’était autant d’accents différents. Sauf que les erreurs deviennent réprimandées, et cela se complique.

Une relation plus développée avec les clients

L’avantage de la prise de confiance quant à elle est de pouvoir discuter avec ses clients tout en effectuant son travail. Et c’est la meilleure partie. La sociabilisation avec ses collègues et ses clients en préparant les commandes, cela peut-être réellement hilarant.

On peut se retrouver également dans une attitude de conseils sur la carte, les clients ne savant plus bien ce qu’ils souhaitent boire après leur 20ème verre. Quel dilemme me direz-vous ! 😀

Un ressenti plus léger

Avec l’habitude, la fatigue se fait également moins ressentir. Les nuits passent plus vite et le réveil du lendemain agresse moins. Il vaut mieux prendre une certaine habitude lorsque l’on se couche à 5h et que le réveil sonne 2h après pour enchaîner sur une journée de cours et un shift de travail …

De même, les jambes subissent moins. Car même si on reste derrière un bar, on se promène. A chaque fois que le bar était à court, il fallait courir au premier (hop escalier) pour récupérer les bouteilles manquantes dans la réserve. Le tout sans faire patienter les clients qui s’agglutinaient au bar.

 

3/ Les apports du métier

 

Pour conclure, j’indiquerai ici les apports selon moi du métier de barman. Que peut-on bien en tirer ?

  1. Une ouverture aux autres. Si vous êtes timide, vous ne le serez bientôt plus. Il faut avoir du caractère pour s’en tirer face aux clients les plus mesquins.
  2. Une capacité d’organisation. Si vous arrivez à effectuer les commandes tout en analysant la queue pour savoir qui est le suivant, en vérifiant quels clients ont trop bu, qui a bu quoi … Tout une mise en place !
  3. Une mémoire en béton. Plus que retenir les boissons des habitués, il faut aussi savoir retenir les boissons que prennent chaque client, pour pouvoir leur proposer la même chose lors de leur prochaine commande. Il faut déjà se souvenir d’eux …
  4. Une expertise sur les différents alcools. C’est peut-être moins utile, mais si vous appréciez l’alcool, vous découvrirez sûrement des marques ou des associations qui peuvent développer vos goûts. Oubliez le vodka orange !
Bar rempli de bouteilles
Tous au bar !

Mon article de présentation à propos de mon expérience en tant que barman touche à sa fin ! J’espère que vous avez apprécié son contenu, que vous souhaitiez effectuer ce métier ou non !

Je vous retrouve très vite pour de nombreuses astuces utiles sur des sujets variés !

Suivez-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *